Ville-Saint-Jacques

Où est-ce ?

Ville-Saint-Jacques (Seine-et-Marne) est un petit village du Bocage Gâtinais, à quelques kilomètres au sud-ouest de Montereau-fault-Yonne. Il est situé sur un plateau, entre la vallée de la Seine et de l'Yonne d'une part, et celle de l'Orvanne d'autre part. La commune de Ville-Saint-Jacques est entourée par celles de Varennes-sur-Seine, la Grande-Paroisse, Montarlot, Villecerf, Dormelles, Noisy-Rudignon.

Deux cartes vous présentent cette région du Sud seine-et-marnais : Vous trouverez aussi ici la liste des lieux-dits de Ville-Saint-Jacques.

Défriché depuis longtemps, le terroir de Ville-Saint-Jacques ne comptait déjà plus de loups sous la Révolution !

Bref historique

On trouve mention, dès le XIe siècle, des seigneurs de la Ville (Villa). Le village ne prit le nom de Ville-Saint-Jacques qu'en 1288, probablement à cause du passage des pèlerins se rendant à Compostelle.

Les Templiers, jusqu'en 1312, et, après eux, les Hospitaliers de Jérusalem, possédaient d'importantes propriétés sur son territoire.

Ville-Saint-Jacques appartenait au bailliage de Moret, dont les paroisses (à l'exception de la ville de Moret) constituèrent en 1789 un unique cahier de doléances.

Pour l'histoire plus récente, on trouvera la liste des maires depuis le Second Empire.

Ville-Saint-Jacques compte aujourd'hui 580 habitants. Depuis 30 ans, sa population augmente à nouveau.

L'église

Le choeur comporte les restes d'un édifice daté du XIIe siècle. Il s'ouvre sur la nef par un arc triomphal en plein cintre. Celui-ci et les bas-côtés sont du XVIe siècle. Au nord du choeur s'élève le clocher, forte tour accompagnée sur sa face nord d'une tourelle. Le clocher est coiffé en « double bâtière », formée par l'intersection de deux toits à deux versants, ce qui donne un pignon triangulaire sur chaque face du clocher.

Le maître-autel du XVIIe siècle est en bois peint et doré. C'est le seul meuble intéressant de cette église. On peut déchiffrer de belles pierres tombales et des inscriptions du XVe siècle au XVII e siècle et admirer une vierge de pitié du XVIe siècle.

Monument historique.

Sous l'Ancien régime, la paroisse de Ville-Saint-Jacques appartenait au diocèse de Sens, à l'archidiaconé du Gâtinais, au doyenné de Milly. Elle était placée sous le vocable de saint Jacques, son présentateur était l'évêque de Sens.

Aujourd'hui, la paroisse de Ville-Saint-Jacques appartient au diocèse de Meaux. Elle est regroupée avec les paroisses voisines d'Écuelles, Montarlot, Noisy-Rudignon et Villecerf au sein des « Cinq Clochers ».

Le château de la Brosse

Il s'élève sur l'emplacement d'un manoir féodal ayant appartenu à la famille de Vère, puis à la famille de La Rochelle et aux Salmon, procureurs du Roi. Un dessin datant de 1782 montre des bâtiments d'une architecture très simple paraissant dater du règne de Louis XV.

Transformé en 1860, il se présente aujourd'hui avec ses façades refaites dans le style de cette époque avec un comble à la Mansard, ses ailes surélevées d'un étage.

Le parc a été conçu par le comte de Choulot.

Sur la route de Noisy, la ferme attenante offre par un saut-de-loup la vue d'un magnifique potager entouré de bâtiments de ferme et d'un élégant colombier.

On peut se faire une idée de ce que furent le parc et le potager au XIXe siècle en lisant les comptes rendus des visites de la Société d'horticulture des arrondissements de Melun et Fontainebleau en 1880 et 1900.

Le château a appartenu depuis la Restauration aux familles de Moré de Pontgibaud, de Froidefond de Florian, de Brugières de Barante et de Vigneral.
On ne visite pas, à l'exception, certaines années, des Journées du Patrimoine où l'on peut découvrir fruitier, chambre à raisin et pigeonnier.

La gare de Noisy-Ville-Saint-Jacques

On aperçoit encore sur la route de Ville-Saint-Jacques à Noisy-Rudignon les vestiges de la gare de Noisy-Ville-Saint-Jacques. C'est ici que faisait halte le chemin de fer départemental de Montereau à Égreville.

L'aqueduc de la Vanne

La commune de Ville-Saint-Jacques est traversée par l'aqueduc de la Vanne, qui alimente en eau potable une grande partie des Parisiens.

La Colonne

La Colonne ne se trouve pas sur le territoire de la commune, mais à la frontière de ceux de la Grande-Paroisse (avec laquelle elle n'a aucun moyen direct de communication) et de Montarlot (à qui elle appartient). Toutefois, suffisamment de liens, et en particulier la « route de la Colonne », la rattachent à la commune de Ville-Saint-Jacques pour la faire figurer ici.

Le fromage de Ville-Saint-Jacques

Ville-Saint-Jacques est renommé pour son fromage, le Brie de Ville-Saint-Jacques, qui, après avoir disparu dans les années 1970, a été remis au goût du jour mais est désormais fabriqué ailleurs...
Cependant, on fait maintenant à Ville-Saint-Jacques un fromage de chèvre, très apprécié dans la région.

La confrérie de Saint-Vincent

C'est l'ancienne confrérie des vignerons. Dirigée par un « bâtonnier », elle tient à cœur de fêter chaque année son saint patron, saint Vincent, le 22 janvier.
Un monument rappelle encore cette dévotion à saint Vincent : une croix de carrefour qui porte le nom de croix de Saint-Vincent.
Une petite page d'histoire enfin : les vignes étaient autrefois protégées par des messiers, gardes champêtres temporaires pour l'époque où les fruits de la terre commencent à mûrir.

Le jumelage

Le Bocage Gâtinais est jumelé avec Starzach, une commune d'Allemagne.

[D'après AHVOL, Promenade en Gâtinais, Voulx, 1982]