Pont-aqueduc d'Arcueil


Le pont-aqueduc d'Arcueil

Le pont-aqueduc d'Arcueil permet à l'aqueduc de la Vanne de franchir la Bièvre en son passage le plus étroit. Ce pont combine en fait deux ouvrages distincts, construits à des siècles d'écart.

L'aqueduc de Marie

Le premier doit son nom à Marie de Médicis. Veuve d'Henri IV, elle prit à son compte un projet imaginé par Sully de remettre à neuf les canalisations d'une ancienne conduite gallo-romaine qui interceptait l'eau des sources de Rungis et Wissous. Très vite, l'idée d'exécuter un nouveau canal prévalut. La première pierre fut posée le 17 juillet 1613 par Louis XIII, alors âgé de 12 ans. L'entreprise dura une douzaine d'années. En service, cet ouvrage remplissait un réservoir près de la montagne Sainte-Geneviève. Il alimentait notamment le palais du Luxembourg.

Aujourd'hui encore, l'aqueduc de Marie achemine de l'eau (environ 2 000 m3 par jour). Captée au « carré des eaux » sous le stade Louis-Grelinger à Rungis, elle se déverse dans les bassins du Parc Montsouris. Facilement identifiable par les matériaux utilisés (de la pierre de taille), la partie « Médicis » est la structure basse de l'actuel pont.

L'aqueduc de la Vanne

La construction de l'aqueduc de la Vanne à Arcueil

La partie supérieure, l'aqueduc de la Vanne, revendique une double paternité : l'ingénieur Belgrand pour la conception et la réalisation ; le baron Haussmann, préfet de la Seine à la fin du XIXe siècle, pour avoir su imposer un projet contesté par de nombreux détracteurs parisiens ne jurant que par l'eau de la Seine et de l'Ourcq. L'idée de Belgrand était d'aller prélever l'eau là où elle était présente en qualité et en quantité : les premières sources souterraines captées le furent en Champagne, puis dans l'Yonne.
 
 
Les arches du pont-aqueduc d'Arcueil

Le pont-aqueduc est de la « belle ouvrage ». Long de 1 057,66 m, fabriqué en meulière, à quatorze mètres au-dessus de son ancêtre Médicis (certaines arches culminent à 38 m de hauteur), l'aqueduc de la Vanne permet d'absorber des débits plus importants. Le canal de 2,10 m de diamètre occupe toute la partie supérieure du pont. La hauteur d'eau est d'environ 1,50 m. Chaque jour, 145 000 m3 d'eau franchissent ainsi la vallée de la Bièvre.




[D'après Connaissance du Val-de-Marne, no 145, Créteil, février 1999]