Sainte Sophie

Grec : Hagia Sophia (Agia Sofia) ;
Latin : Sophia ;
Italien : Sapienza, Sofia ;
Espagnol : Sofia ;
Allemand : Göttliche Weisheit.

Martyre. Fête le 30 septembre ; le 1er août : fête de ses filles.


Vie et légende

Personnification de la Sagesse divine et du Christ plus particulièrement, Sophie a été l'objet d'une immense vénération à Byzance et dans le monde slave. Justinien place sous son vocable la plus belle église de Constantinople : Sainte-Sophie (VIIe siècle).

Sophie a trois filles : Foi, Espérance et Charité. Toutes quatre sont martyrisées ; Foi est mise sur un gril, brûlée par de la cire et de l'huile bouillantes. Sophie encourage ses filles durant leur supplice et meurt la dernière. Ces faits sont censés se passer à Rome sous Hadrien;

Le culte de Sophie et de sa fille sainte Foi a été très vivace en Alsace ; il n'est attesté à Rome qu'à partir du VIe siècle.

Représentations

Dans le domaine byzantin, Sophie a l'aspect d'un ange. Coiffée d'une couronne gemmée, elle est assise sur un trône et tient un sceptre.

En Occident, elle a l'allure austère d'une matrone, et est coiffée d'une triple couronne. Elle trône, entourée de ses trois filles (fresque de la grotte du sauveur à Vallerano, Xe siècle environ). La Foi est parfois assortie d'un gril, attribut de sainte Foy d'Agen.

Les trois filles, aux pieds de Sophie, portent les instruments de leur martyre (triptyque, vers 1460, musée de Varsovie).
Au XVe siècle, Sophie, comme une Vierge de Miséricorde, abrite ses filles sous les plis de son manteau (groupe en bois polychrome, église d'Eichau, près de Strasbourg).

Attributs : couronne (gemmée ou triple). Sceptre.

Bibliographie

[G. Duchet-Suchaux, M. Pastoureau, La Bible et les saints, guide iconographique, Flammarion, Paris, 1994]


Retour à la "Petite litanie des saints"  |  Page d'accueil