Sainte Élisabeth de Hongrie


Hongrois : Erzsébet.

Reine. 1207-1231. Canonisée en 1235. Fête le 17 novembre.


Fille du roi André II de Hongrie, née en 1207, elle est fiancée à quatre ans au fils du margrave Hermann de Thuringe, qu'elle épouse à quatorze ans. Convertie à l'idéal de vie de saint François d'Assise, elle se voue aux pauvres malades et aux lépreux qu'elle soigne. Veuve à vingt ans, elle se retire à Marburg, en Hesse, mène une vie toute d'austérité et meurt en 1231, tertiaire de saint François.

Deux scènes légendaires sont célèbres :

  • Elle dérobe dans la cuisine du château des victuailles pour les distribuer aux pauvres. Surprise, elle dit à son beau-frère qu'elle transporte là des roses pour s'en tresser une couronne. Les aliments se sont effectivement transformés en roses dans sa corbeille. C'est le miracle des roses.
  • Elle installe un lépreux dans le lit conjugal. D'abord horrifié, le landgrave reconnaît « avec les yeux de l'âme » le Christ sous cette apparence affreuse.

Son culte, diffusé par les franciscains, a deux centres : Kassa en Hongrie et Marburg en Allemagne.

Élisabeth est la patronne des boulangers, des mendiants et des organisations charitables.


Représentations :

On la représente en princesse richement vêtue, tenant deux ou trois couronnes à la main, ou posées sur un livre (à partir du XVe siècle, en Rhénanie et aux Pays-Bas). On la montre aussi en tertiaire franciscaine, avec les attributs symbolisant sa charité : des pains ou des poissons, une cruche avec laquelle elle sert à boire au mendiant (lépreux) qui se tient à ses pieds. Dans un relief (châsse de l'église Sainte-Élisabeth à Marburg), elle revêt l'habit de tertiaire, et fait l'aumône aux mendiants. Elle porte souvent des roses dans un pan de sa robe.

Attributs :

Couronnes. Pains longs ou ronds. Livre. Sceptre.
Dictons :

  1. Sainte-Elisabeth nous montre quel bonhomme sera l'hiver
  2. À Sainte-Elisabeth, tout ce qui porte fourrure n'est point bête.

Bibliographie :

[G. Duchet-Suchaux, M. Pastoureau, La Bible et les saints, guide iconographique, Flammarion, 1994]



Retour à la "Petite litanie des saints"  |  Page d'accueil