Saint Thibaud

Mort en 1066. Fête le 30 juin.


Né à Provins en 1017, Thibaud appartient à la famille des comtes de Brie et de Champagne. La lecture des Pères du désert lui inspire un vif désir de se consacrer au Seigneur dans la solitude. Il prend l'habitude de visiter un ermite cantonné dans un îlot de la Seine qui l'initie à la vie érémitique.

Quand arrive pour lui l'âge de ceindre le baudrier des chevaliers, il s'enfuit, en compagnie de son ami Gauthier, du château de son père, le comte Arnould, et, abandonnant ses serviteurs à Reims, prend à pied la route de l'Allemagne. À Pettingen, dans le diocèse de Trèves, il entre au service d'un paysan, gagne sa vie à la sueur de son front et, pour dompter son orgueil, accepte les tâches les plus ingrates et les plus répugnantes.

Après ce rude noviciat, Thibaud se rend en pèlerinage à Saint-Jacques-de Compostelle, puis à Rome et finit par se fixer, en 1054, près de Vangadizza, dans le diocèse de Vicence. L'évêque de Vicence, frappé par sa sainteté, l'élève au sacerdoce et Thibaud est fréquemment consulté pour des conseils sur la vie spirituelle. Sa mère, Guillemette, le rejoint dans sa retraite et il la forme à la vie anachorétique.

Atteint d'une maladie qui couvre son corps d'ulcères, il se montre d'une patience admirable et meurt le 30 juin 1066. Quelques années auparavant, il avait reçu l'habit des Camaldules. Ses restes sont transférés à Saint-Thibaud, près d'Auxerre, et il est canonisé par le pape Alexandre III en 1073 presqu'un siècle après sa mort.

Un exemple d'iconographie de saint Thibaud : une bannière contemporaine.

Bibliographie :

[Le livre des bannières, Association pour le XVe centenaire de la France, 1996]



Retour à la "Petite litanie des saints"  |  Page d'accueil