Don Juan
ou Le Festin de pierre
Molière, 1665

Acte II, Scène 4



DON JUAN, SGANARELLE, CHARLOTTE, MATHURINE.

SGANARELLE, apercevant Mathurine : Ah! ah!

MATHURINE, à Don Juan : Monsieur, que faites-vous donc là avec Charlotte? Est-ce que vous lui parlez d'amour aussi?

DON JUAN, bas à Mathurine : Non, au contraire, c'est elle qui me témoignait une envie d'être ma femme, et je lui répondais que j'étais engagé à vous.

CHARLOTTE, à Don Juan : Qu'est-ce que c'est donc que vous veut Mathurine?

DON JUAN, bas, à Charlotte : Elle est jalouse de me voir vous parler, et voudrait bien que je l'épousasse; mais je lui dis que c'est vous que je veux.

MATHURINE: Quoi? Charlotte...

DON JUAN, bas, à Mathurine : Tout ce que vous lui direz sera inutile; elle s'est mis cela dans la tête.

CHARLOTTE: Quement donc! Mathurine...

DON JUAN, bas, à Charlotte : C'est en vain que vous lui parlerez; vous ne lui ôterez point cette fantaisie.

MATHURINE: Est-ce que...?

DON JUAN, bas, à Mathurine : Il n'y a pas moyen de lui faire entendre raison.

CHARLOTTE: Je voudrais...

DON JUAN, bas, à Charlotte : Elle est obstinée comme tous les diables.

MATHURINE: Vramant.

DON JUAN, bas, à Mathurine : Ne lui dites rien, c'est une folle.

CHARLOTTE: Je pense...

DON JUAN, bas, à Charlotte : Laissez-la là, c'est une extravagante.

MATHURINE: Non, non: il faut que je lui parle.

CHARLOTTE: Je veux voir un peu ses raisons.

MATHURINE: Quoi?

DON JUAN, bas, à Mathurine : Je gage qu'elle va vous dire que je lui ai promis de l'épouser.

CHARLOTTE: Je...

DON JUAN, bas, à Charlotte : Gageons qu'elle vous soutiendra que je lui ai donné parole de la prendre pour femme.

MATHURINE: Holà! Charlotte, ça n'est pas bien de courir sur le marché des autres.

CHARLOTTE: Ça n'est pas honnête, Mathurine, d'être jalouse que Monsieur me parle.

MATHURINE: C'est moi que Monsieur a vue la première.

CHARLOTTE: S'il vous a vue la première, il m'a vue la seconde, et m'a promis de m'épouser.

DON JUAN, bas, à Mathurine : Eh bien! que vous ai-je dit?

MATHURINE: Je vous baise les mains, c'est moi, et non pas vous, qu'il a promis d'épouser.

DON JUAN, bas, à Charlotte : N'ai-je pas deviné?

CHARLOTTE: A d'autres, je vous prie; c'est moi, vous dis-je.

MATHURINE: Vous vous moquez des gens; c'est moi, encore un coup.

CHARLOTTE: Le vlà qui est pour le dire, si je n'ai pas raison.

MATHURINE: Le vlà qui est pour me démentir, si je ne dis pas vrai.

CHARLOTTE: Est-ce, Monsieur, que vous lui avez promis de l'épouser?

DON JUAN, bas, à Charlotte : Vous vous raillez de moi.

MATHURINE: Est-il vrai, Monsieur, que vous lui avez donné parole d'être son mari?

DON JUAN, bas, à Mathurine : Pouvez-vous avoir cette pensée?

CHARLOTTE: Vous voyez qu'al le soutient.

DON JUAN, bas, à Charlotte : Laissez-la faire.

MATHURINE: Vous êtes témoin comme al l'assure.

DON JUAN, bas, à Mathurine : Laissez-la dire.

CHARLOTTE: Non, non : il faut savoir la vérité.

MATHURINE: Il est question de juger ça.

CHARLOTTE: Oui, Mathurine, je veux que Monsieur vous montre votre bec jaune.

MATHURINE: Oui, Charlotte, je veux que Monsieur vous rende un peu camuse.

CHARLOTTE: Monsieur, vuidez la querelle, s'il vous plaît.

MATHURINE: Mettez-nous d'accord, Monsieur.

CHARLOTTE, à Mathurine : Vous allez voir.

MATHURINE, à Charlotte : Vous allez voir vous-même.

CHARLOTTE, à Don Juan : Dites.

MATHURINE, à Don Juan : Parlez.

DON JUAN, embarrassé, leur dit à toutes deux : Que voulez-vous que je dise? Vous soutenez également toutes deux que je vous ai promis de vous prendre pour femmes. Est-ce que chacune de vous ne sait pas ce qui en est, sans qu'il soit nécessaire que je m'explique davantage? Pourquoi m'obliger là-dessus à des redites? Celle à qui j'ai promis effectivement n'a-t-elle pas en elle-même de quoi se moquer des discours de l'autre, et doit-elle se mettre en peine, pourvu que j'accomplisse ma promesse? Tous les discours n'avancent point les choses; il faut faire et non pas dire, et les effets décident mieux que les paroles. Aussi n'est-ce rien que par là que je vous veux mettre d'accord, et l'on verra, quand je me marierai, laquelle des deux a mon cœur. (Bas, à Mathurine.) Laissez-lui croire ce qu'elle voudra. (Bas, à Charlotte.) Laissez-la se flatter dans son imagination. (Bas, à Mathurine.) Je vous adore. (Bas, à Charlotte.) Je suis tout à vous. (Bas, à Mathurine.) Tous les visages sont laids auprès du vôtre. (Bas, à Charlotte.) On ne peut plus souffrir les autres quand on vous a vue. J'ai un petit ordre à donner; je viens vous retrouver dans un quart d'heure.

CHARLOTTE, à Mathurine : Je suis celle qu'il aime, au moins.

MATHURINE: C'est moi qu'il épousera.



Retour à "Saint Mathurin"  |  Retour à la "Petite litanie des saints"  |  Page d'accueil